A l’occasion de la Journée mondiale contre le cancer, ce vendredi 4 février, le travail d’Eric Rivals et de son équipe au LIRMM est mis en avant. Dans une étude publiée le 10 janvier dernier dans Nature Communications, les chercheurs et chercheuses ont mis en évidence un mécanisme de résistance au traitement par la molécule 5-FU, la plus utilisée en chimiothérapie pour agir sur les cellules cancéreuses.

Parmi toutes les équipes participantes, à Montpellier l’étude a impliqué Julie Ripoll, postdoctorante et ingénieure dans l’équipe MAB (Méthodes et Algorithmes pour la Bioinformatique) du LIRMM, ainsi que l’équipe d’Alexandre David et de Julie Pannequin, du département « Physiologie et Cancer » de l’IGF.

Ce travail pluridisciplinaire, à la croisée de l’informatique, de la bioinformatique et de la biologie, a bénéficié du soutien du Labex NUMEV via le projet Etendard GEM (Gene Expression Modelling, 2016-2020).

Pour en savoir plus à ce sujet :